Le vaccin contre le zona peut-il causer des blessures et/ou la mort ?

Le vaccin contre le zona peut-il causer des blessures et/ou la mort ?

Le vaccin contre le zona peut-il causer des blessures et/ou la mort ?

L'article qui suit tente d'éclairer le vaste monde des effets indésirables, avec un regard particulier sur celui contre le zona, mais nous vous invitons à lire tous les focus listés ci-dessous pour comprendre les autres problématiques connexes, comme le problème des multiples vaccins, l'hypersensibilité à un ou plusieurs composés du vaccin, le problème du SMSN et celui des adjuvants.

Selon la notice du vaccin Shingrix, les effets indésirables signalés au cours de l'essai clinique comprenaient des douleurs, un gonflement et une rougeur au site d'injection, des maux de tête, de la fièvre, de la fatigue, des frissons, des problèmes gastro-intestinaux, la goutte et une neuropathie optique ischémique.(1) GlaxoSmithKline s'est engagé à mener plusieurs études post-commercialisation pour le vaccin SHINGRIX, qu'il a autorisé en 2017. Selon les données présentées par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis lors de sa réunion de juin 2018 du Comité consultatif sur les pratiques d'immunisation (ACIP). les rapports concernaient des femmes et n'étaient pas des événements graves; la réaction la plus fréquente était la douleur au point d'injection.(2)

Lors de la réunion de l'ACIP de février 2019, le Dr Tom Shimabukuro du Bureau de la sécurité de la vaccination (ISO) du CDC a signalé un signal de sécurité potentiel avec le vaccin SHINGRIX. Une association entre le syndrome de Guillain Barré (SGB) et le vaccin a été trouvée dans le Vaccine Safety Datalink (VSD) et le Vaccine Adverse Events Reporting System (VAERS). Le SGB est une maladie neurologique rare qui provoque une inflammation des nerfs périphériques. Les complications peuvent inclure une paralysie temporaire ou chronique, y compris une paralysie complète du corps.(3)

Le CDC, la FDA et les Centers for Medicare and Medicaid Services (CMS) ont procédé à un examen des données de la base de données des demandes de remboursement de Medicare. Selon la FDA :(4) "Le risque de SGB après la vaccination par Shingrix a été évalué dans des analyses de séries de cas auto-contrôlés en utilisant une fenêtre de risque de 1 à 42 jours après la vaccination et une fenêtre de contrôle de 43 à 183 jours après la vaccination. L'analyse primaire a révélé un risque accru de SGB ​​dans les 42 jours suivant la vaccination par Shingrix, avec un excès de cas de SGB estimé à 3 par million de doses administrées à des adultes de 65 ans et plus. Un risque accru de SGB a été observé dans les 42 jours suivant la première dose de Shingrix, avec un on estime à 6 cas excédentaires de SGB par million de doses administrées aux adultes de 65 ans et plus, alors qu'il n'y a pas de risque accru de SGB après la deuxième dose de Shingrix. ."

La FDA a établi une association entre Shingrix et GBS, mais les données actuelles ne sont pas disponibles pour établir une relation causale. Toutefois, a conclu qu'un examen de la section "Avertissements et precautions" de la notice de SHINGRIX sur le risque de SGB était justifiée.(5)

Les autres événements indésirables signalés après l'approbation du vaccin Shingrix comprenaient des réactions allergiques, un œdème de Quincke, de l'urticaire et des éruptions cutanées, ainsi qu'une diminution de la mobilité dans le groupe vacciné.(6)

Les événements indésirables signalés dans les essais cliniques ou après la commercialisation du vaccin Zostavax comprennent des douleurs, un gonflement et une rougeur au site d'injection, des maux de tête, une éruption cutanée de type zona, de la fièvre, un choc, des douleurs articulaires et musculaires, des ganglions enflés et des symptômes respiratoires. .(7) Une névrite optique consécutive à l'administration du vaccin Zostavax a également été signalée dans une étude de cas publiée.(8)

La notice de Zostavax indique que "la transmission du virus du vaccin peut se produire entre les vaccinés et les contacts sensibles",(9) c'est-à-dire que l'individu vacciné est contagieux par la varicelle de la souche vaccinale et peut infecter d'autres personnes par la varicelle s'il n'a jamais eu la varicelle auparavant.

Merck, le fabricant de Zostavax, se défend actuellement contre 60 poursuites alléguant que le vaccin a causé des effets secondaires graves, y compris la mort. L'issue de cette procédure est en attente.(10) Les ventes de Zostavax aux États-Unis ont été interrompues en novembre 2020.(11)

Merck, le fabricant de Zostavax, poursuit et se défend actuellement contre des poursuites alléguant que le vaccin a causé des effets secondaires graves, y compris la mort.(12) En décembre 2022, un juge fédéral de Pennsylvanie a rejeté près de 1.200 XNUMX réclamations alléguant un zona après le vaccin Zostavax. Les allégations auraient été rejetées par le juge en raison d'un manque de preuves que l'éruption du zona était liée au vaccin. D'autres poursuites pour troubles auto-immuns et perte auditive sont en cours.(13)

Cet article est résumé et traduit par National Vaccine Information Center.

 

Nous vous recommandons également de lire...

Corvelva

Publiez le module Menu en position "offcanvas". Ici, vous pouvez également publier d'autres modules.
Pour en savoir plus.