Études et financement sur le vaccin contre la grippe

Études et financement sur le vaccin contre la grippe

Études et financement sur le vaccin contre la grippe

NOTE IMPORTANTE: Corvelva vous invite à vous informer en profondeur en lisant toutes les rubriques et liens, ainsi que les notices produits et fiches techniques des fabricants, et à vous entretenir avec un ou plusieurs professionnels de confiance avant de décider de vous faire vacciner ou de vacciner votre enfant. Ces informations sont fournies à titre informatif uniquement et ne constituent pas un avis médical.

L'article suivant se compose de deux parties. La première partie est tirée d'un article du Dr Roberto Gava,(1) médecin très estimé et placé sous le hache des radiations pour avoir osé parler de personnalisation des vaccinations. La deuxième partie est la transcription intégrale de l'entretien accordé en 2009 à l'ASL d'Alessandria par Tom Jefferson, un épidémiologiste britannique qui a vécu de nombreuses années en Italie et qui a travaillé pour la Collaboration Cochrane. Jefferson était auteur et rédacteur en chef du groupe sur les infections respiratoires aiguës de la Collaboration Cochrane, et a également fait partie de quatre autres groupes Cochrane. Il a également été consultant auprès de l'Agence nationale italienne des services régionaux de santé.

Ces deux articles parlent du même sujet. Le Dr Gava résume parfaitement l'entretien avec Tom Jefferson concernant les doutes profonds sur les études d'efficacité et de sécurité des vaccins contre la grippe. Cette incohérence évidente, selon une étude publiée dans le British Medical Journal en février 2009 et le thème central de l'interview de Jefferson, voit une relation étroite entre le facteur d'impact des revues scientifiques et le financement par les industries de fabrication de vaccins d'études évaluées par les pairs. En substance, face à peu ou pas de preuves sur la sécurité et l'efficacité des vaccins antigrippaux, les études financées par les producteurs sont publiées dans des revues à facteur d'impact élevé, tout comme le médecin ordinaire, qui recommande la vaccination à ses clients, s'il devait malheureusement souhaitez approfondir les preuves scientifiques sur le produit qu'il propose, vous vous retrouverez à lire les articles présents uniquement dans des revues scientifiques renommées, celles à haute valeur scientifique, et vous vous limiterez à lire uniquement le titre, le résumé (résumé) et peut-être pas tout mais seulement la partie finale des conclusions perdant les données contenues dans l'article, qui sont souvent, trop souvent, absentes ou totalement absentes.

Hier comme aujourd'hui, ceux qui recommandent la vaccination contre la grippe le font essentiellement sans preuve, confondant (délibérément ou par ignorance) les pourcentages de cas d'infections par la grippe et les virus pseudo-grippaux (non évitables par la vaccination) et cela est soutenu par les plus prestigieux revues scientifiques grâce à un mécanisme où l’industrie pharmaceutique dicte les règles.

Si c'est de la science...

Bonne lecture, personnel de Corvelva


La vérité sur les études sur le vaccin contre la grippe

Le syndrome grippal qui survient de l'automne à la fin de l'hiver est provoqué par de nombreux virus et seulement 8 à 9 % de ces infections sont causées par le véritable virus de la grippe. Ainsi, le vaccin contre la grippe, même s’il était efficace à 100 %, ne pourrait protéger que 8 à 9 % des personnes vaccinées. En réalité, son efficacité est bien moindre (40-60%) et on estime donc qu'il ne protège que 3-6% des personnes vaccinées (quand tout va bien et que le virus à l'origine de l'épidémie fait partie de ceux qui ont été choisis pour le vaccin). donner naissance au vaccin, ce qui n'a absolument pas eu lieu lors de l'hiver 2014-2015 où l'efficacité du vaccin contre la grippe était de 23 %).(2)

Pourtant, chaque automne, nous sommes soumis à une forte pression médiatique pour nous faire vacciner, car on nous promet que le nouveau vaccin de cet hiver sera très efficace et qu'il est indispensable de se faire vacciner.(3-4-5)

À la lumière de ces pressions insistantes, je pense qu'il pourrait également être utile de réfléchir à une étude(6) publié dans le British Medical Journal en février 2009 (mais de plus en plus valable à mesure que la bataille pro-vaccin s'intensifie) dans lequel Tom Jefferson, l'un des experts les plus célèbres dans le domaine de la vaccination et membre de l'autorité Cochrane Vaccines Field, fait des déclarations si claires et j'ai décidé que c'était étonnant, étant donné que l'interview avait été publiée dans le Drug Information Bulletin.(7) et peut toujours être lu sur le site de l'AIFA.(8)

Jefferson déclare clairement que le motif principal de l'étude était la curiosité. « Nous essayons de comprendre pourquoi, malgré peu ou pas de preuves d'efficacité et une mauvaise évaluation de l'innocuité, les vaccins contre la grippe sont devenus une sorte de « vache sacrée » en l'espace d'une décennie. Également en relation avec l’effondrement complet de la mortalité – non pas due à la grippe – mais à la mortalité liée à la grippe (par exemple la bronchopneumonie) observée de 1945 à aujourd’hui en Amérique. C'est un sujet qui nous passionne car, comme les lecteurs le savent, nous avons réalisé plusieurs revues Cochrane sur ce sujet après les avoir mises à jour : et malgré ces doutes sur la validité des preuves scientifiques sur ces vaccins, doutes qui grandissent désormais dans le la communauté scientifique, les gouvernements, les médias, les principaux leaders d'opinion (c'est-à-dire donc ces "personnages" qui sont vus et entendus dans les médias et qui désertent le sujet) continuent sereinement à recommander l'utilisation de ces vaccins sans même se demander comment il est possible de faire donc en l’absence de preuves scientifiques. Y aura-t-il des raisons ? Dans le domaine Cochrane des vaccins, nous disposons d'une base de données d'études de toutes les recherches sur le vaccin contre la grippe de 1948 à aujourd'hui..

Eh bien, les conclusions de l’étude du groupe Jefferson étaient les suivantes :

Des études ont été menées sur l'efficacité du vaccin contre la grippe « dans 96% des cas, des études de qualité faible ou très faible et pour nous, ce n'était pas une surprise, car nous les avions presque toutes lues auparavant ».
« Dans la plupart de ces études, il y avait une relation entre la faible qualité méthodologique des travaux et la positivité des résultats envers les vaccins (en d’autres termes : plus l’étude est mauvaise, meilleurs sont les résultats pour les vaccins) ».
Propre "selon les prédictions, il y avait aussi une relation entre les conclusions triomphalistes et le fait que les études étaient financées par l'industrie… tout cela qui avait déjà été vu dans d'autres domaines de la connaissance biomédicale ».
« La vraie surprise concernait le facteur d'impact et le facteur de citation : à même taille d'échantillon et même qualité méthodologique, les études financées par l'industrie étaient publiées dans des revues qui avaient un facteur d'impact significativement plus élevé que celles non financées par l'industrie. industrie. Cela était cohérent même après avoir supprimé les 24 % d’études qui n’avaient pas de déclaration de financement. C'est donc une relation très forte. C'est pareil pour la citation : plus le facteur d'impact est élevé, plus la citation est élevée, donc la citation est aussi déterminée avant tout par qui finance la recherche et non par sa qualité.".

Généralement, les médecins qui lisent une étude scientifique ne lisent pas l'intégralité de l'étude, mais se limitent à identifier ce qui les intéresse en se basant uniquement sur le titre, puis lisent le résumé (résumé), peut-être pas la totalité mais seulement la partie finale. .

Eh bien, Jefferson nous le rappelle : « N'oubliez pas que quelqu'un d'autre a déjà pris en compte vos habitudes. "Quelqu'un d'autre" a déjà compris que vous n'allez lire que les conclusions d'un article et a détourné, détourne systématiquement la littérature biomédicale internationale pour vous conduire à des conclusions erronées..

Par conséquent, « il existe une relation entre qui finance la recherche et le lieu où elle est publiée, et bien sûr aussi une relation entre les estimations de l'effet ».

Avec cela, Jefferson ne veut pas remettre en question la crédibilité des revues médicales les plus autorisées, mais il veut simplement dire que « Les revues médicales les plus connues et ayant le facteur d’impact le plus élevé sont en même temps des victimes, car elles sont les cibles de cette subversion due aux pressions économiques et commerciales ». Autrement dit, ces magazines sont très courtisés par les industries pharmaceutiques car plus leur visibilité est grande, plus le résultat, c'est-à-dire l'issue d'une publication sur leurs pages, est prometteur. L’étape suivante est celle du « représentant pharmaceutique qui transporte les extraits que l’entreprise a réalisés : un million d’extraits dans de nombreuses langues qui sont très grassement payés par l’industrie. Il s’agit de services explicitement annoncés sur les sites Internet de sociétés multinationales d’édition scientifique ».

Tom Jefferson termine donc son entretien par ces mots : attention aux canulars.

Il peut être intéressant de rappeler que le Bulletin d'information sur les médicaments, appelé BIF, était une excellente revue imprimée par l'Imprimerie d'État et envoyée gratuitement à tous les médecins italiens jusqu'en 2009 : peu après la publication de cet entretien avec Jefferson, le BIF a été supprimé, certainement pas pour cette interview, mais il a quand même été supprimé !


Études et financement sur le vaccin contre la grippe

Entretien avec Tom Jefferson, Cochrane Vaccines Field
ASL 20, Alexandrie, Italie

Parmi les études sur l’efficacité des vaccins contre la grippe, celles financées par l’industrie sont plus susceptibles d’être publiées dans des revues ayant un facteur d’impact plus élevé.

La qualité d’un essai clinique est-elle une condition sine qua non pour une publication dans une revue à fort facteur d’impact ? Et vice versa, le facteur d'impact est un paramètre suffisant pour garantir la qualité de l’ouvrage publié ? Une réponse à ces questions peut être trouvée dans une revue systématique menée par un groupe de chercheurs italiens du Cochrane Vaccines Field, financé par la Région Piémont et publié dans le British Medical Journal.(9)

Nous avons interviewé Tom Jefferson, l'un des auteurs de la revue, sur le sujet.

Il s'agit de l'article publié dans le British Medical Journal en février, même jugé « subversif » par le journal anglais The Guardian, dans un article de commentaire. Avant de parler de la méthode que vous avez suivie dans la recherche, quelle a été la raison pour laquelle vous vous êtes lancé dans cette étude ? Aviez-vous peut-être des soupçons concernant l’édition scientifique ?

Le motif principal de l'étude, la justification, était la curiosité, comme d'habitude : essayer de comprendre pourquoi, face à peu ou pas de preuves d'efficacité et à une évaluation de sécurité déficiente, les vaccins contre la grippe sont devenus une sorte de « vache sacrée » au sein d'un décennie. Même en dépit d’un effondrement complet de la mortalité – non pas de la grippe – mais de la mortalité liée à la grippe (par exemple la bronchopneumonie) observée de 1945 à aujourd’hui en Amérique. C'est un sujet qui nous fascine car, comme les lecteurs le savent, nous avons réalisé plusieurs revues Cochrane sur ce sujet et les avons ensuite mises à jour : et malgré ces doutes sur la validité des preuves scientifiques sur ces vaccins, doutes qui grandissent désormais dans le la communauté scientifique, les gouvernements, les médias, les principaux leaders d'opinion (c'est-à-dire donc ces "personnages" qui sont vus et entendus dans les médias et qui discutent du sujet) continuent sereinement à recommander l'utilisation de ces vaccins sans même se demander comment il est possible de faire donc en l’absence de preuves scientifiques. Y aura-t-il des raisons ? Nous disposons, dans le Domaine Cochrane des Vaccins, qui se trouve à l'ASL d'Alexandrie et est financé en partie par la Région Piémont, d'une base de données d'études extraites de toutes les recherches sur le vaccin contre la grippe de 1948 à aujourd'hui.

Quelle méthode avez-vous suivie pour réaliser l’étude ?
Lorsque vous identifiez une étude à inclure dans une revue systématique, vous la résumez, vous essayez de comprendre ce que veulent dire les auteurs, quels sont les problèmes de l'étude, puis vous extrayez toute une série d'informations ; par exemple la relation interne entre les différentes sections du travail (objectifs, méthodes, résultats et conclusions) et d'autres particularités de la recherche, par exemple qui l'a financée.

Nous avons mis en relation tout cela, puis exploré toutes les variables en les croisant avec une autre variable fondamentale, à savoir où ces études avaient été publiées et combien elles avaient été citées : « où » signifie dans quel type de revue, quel facteur d'impact et quel niveau de citation. après la publication des articles, ils avaient obtenu.

CQu'as-tu trouvé?
Que dans 96% des cas il s’agisse d’études de qualité faible ou très faible, cela ne nous a pas surpris car nous les avions presque toutes déjà lues auparavant. De même, il était prévisible que dans la plupart de ces études il y avait une relation entre la faible qualité méthodologique des travaux et la positivité des résultats envers les vaccins (en d'autres termes : plus l'étude était mauvaise, meilleurs étaient les résultats pour les produits). Encore une fois : tout est comme prévu également dans le rapport entre les conclusions triomphalistes et le fait qu'elles ont été financées par l'industrie. Tout cela avait déjà été observé dans d’autres domaines de la connaissance biomédicale.

Donc, tout se passe comme prévu…
Pas du tout : la vraie surprise concernait le facteur d’impact et le facteur de citation : à même taille d’échantillon et même qualité méthodologique, les études financées par l’industrie étaient publiées dans des revues qui avaient un facteur d’impact significativement plus élevé que celles non financées par l’industrie. .
Cela était cohérent même après avoir supprimé les 24 % d’études qui n’avaient pas de déclaration de financement. C'est donc une relation très forte.
C'est la même chose pour la citation : plus le facteur d'impact est élevé, plus la citation est élevée, donc la citation est aussi déterminée avant tout par qui finance la recherche et non par sa qualité. Et c’est cette dernière conclusion que le Guardian a jugée subversive.

Il est clair que dans une étude de ce genre, la dernière partie est dédiée à ceux qui sont interprétations possibles. Nous sommes dans le domaine mais justement, des interprétations subjectives, bien que fondé sur des preuves. Alors, qu'avez-vous déduit ? Quelles sont vos conclusions comparées Qu'as-tu trouvé?
J'invite les lecteurs du Bif à rappeler que si vous vous tenez au courant, suivez les revues primaires, les sources secondaires, en consultant les résumés des articles originaux, mais en identifiant ce qui vous intéresse uniquement sur la base du titre et en lisant ensuite le abstrait et peut-être pas la totalité, mais seulement la partie finale, rappelez-vous que quelqu'un d'autre a déjà pris en compte vos habitudes. « Quelqu'un d'autre » a déjà compris que vous n'allez lire que les conclusions d'un article et a subverti, subvertit systématiquement la littérature biomédicale internationale pour vous conduire à des conclusions erronées.

Une autre chose à souligner est que nos observations relatives aux vaccins contre la grippe ont été répliquées quelques mois plus tard par un autre groupe de psychiatres et psychologues anglais « subversifs » qui ont utilisé la même méthode que nous pour vérifier des études dans le domaine des interventions de désaddiction de fumeur.

Et qu’ont-ils trouvé ?
La même chose : il existe une relation entre qui finance la recherche et le lieu où elle est publiée, et bien sûr aussi une relation entre les estimations des effets ; rapport que nous n’avons pas trouvé car tout était pour la plupart de mauvaise qualité.

Certains commentaires prétendent que vous comptez remettre en question la crédibilité des revues médicales les plus autorisées…
C'est une interprétation. Il existe également une interprétation alternative : ces revues médicales plus connues et aux facteurs d’impact plus élevés sont en même temps des victimes, car elles sont les cibles de cette subversion due aux pressions économiques et commerciales.

Dans le sens où ils sont très courtisés par les industries pharmaceutiques car plus leur visibilité est grande, plus le résultat, l'issue d'une publication sur ces pages est prometteur ?
Absolument. Et puis notre bon représentant pharmaceutique transporte les extraits que l'entreprise a réalisés : un million d'extraits dans de nombreuses langues qui sont très grassement payés par l'industrie. Il s’agit de services explicitement annoncés sur les sites Internet de sociétés multinationales d’édition scientifique. Des « réimpressions », traduites dans la langue cible, comme on dit.

Vous soupçonnez donc que plus l’activité qu’une maison d’édition doit soutenir est importante, plus grande est la tentation de céder aux flatteries de ceux qui entendent transformer l’information scientifique en marché ?
Peut-être, et la conclusion peut se résumer en une seule phrase : attention aux canulars.

A lire aussi...

Corvelva

Publiez le module Menu en position "offcanvas". Ici, vous pouvez également publier d'autres modules.
Pour en savoir plus.

0
Partagez