Quand est né le vaccin contre le pneumocoque ?

Quand est né le vaccin contre le pneumocoque ?

Quand est né le vaccin contre le pneumocoque ?

Les premiers vaccins antipneumococciques connus aux États-Unis remontent à 1909 sous la forme de vaccins à cellules entières traités thermiquement. Ces premiers vaccins sont restés disponibles jusqu'au milieu des années XNUMX, et nombre de ces produits contenaient des vaccins supplémentaires visant à prévenir les maladies causées par Haemophilus influenzae, Staphylococcus aureus, Klebsiella, Neisseria catarrhalis et d'autres.(1)
Les premiers essais de vaccins contre le pneumocoque ont commencé en Afrique du Sud en 1911 et impliquaient des mineurs qui ont reçu un vaccin à cellules entières composé de souches circulantes connues de pneumocoques. Les résultats de cette première étude ont été mal enregistrés et, par conséquent, un deuxième essai avec un vaccin de formulation similaire a été lancé à l'été 1912. Ce deuxième vaccin aurait offert une certaine protection contre la pneumonie, mais cette protection n'a duré qu'environ 2 mois. De plus, bien que la vaccination ait semblé réduire légèrement le taux de pneumonie, elle n'a eu aucun impact sur le taux de mortalité par pneumonie.

Une troisième étude, impliquant l'utilisation d'un vaccin antipneumococcique similaire, aurait réduit les taux de pneumonie de 25 à 50 % et les taux de mortalité de 40 à 50 %.(2) Sir Almroth Knight, le chercheur principal impliqué dans les trois premiers essais cliniques, n'a cependant prêté aucune attention aux souches de pneumonie utilisées dans les vaccins, ce qui rend difficile la détermination de l'efficacité globale de la vaccination antipneumococcique.(3) Sir F. Spencer Lister, un protégé de Sir Almroth Knight, a développé les travaux antérieurs de Knight en développant un système d'identification et de typage de différentes souches de pneumocoque. Lister a noté la présence de souches uniques de pneumocoques introuvables en Amérique du Nord et en Europe.
En 1914, Lister a développé le premier vaccin antipneumococcique à cellules entières contenant trois souches spécifiques de S. pneumoniae, connues aujourd'hui sous les sérotypes 1, 2 et 5.(4) Les études sur les vaccins de Lister consistaient à donner 3 doses de vaccin à une semaine d'intervalle à des mineurs travaillant dans 3 mines sud-africaines différentes. Dans les trois mines, il y a eu une diminution de la morbidité et de la mortalité pneumococciques au cours des six à douze mois d'observation suivant la vaccination.(5)
En 1918, Lister élargit son vaccin en ajoutant cinq autres souches de pneumocoque et prévoyait de donner ce vaccin à tous les mineurs sud-africains. Cependant, au milieu des années 30, son vaccin s'est avéré inefficace. Au début des années 1, la pneumonie causée par les souches 2, 5, 7 et 3, quatre des souches cibles de son vaccin, restait faible ; cependant, les taux de pneumonie causée par la souche XNUMX, une souche également présente dans son vaccin, ont été notés comme étant trois fois plus élevés chez ceux qui ont reçu le vaccin.(6)

Pendant la Première Guerre mondiale, des campagnes de vaccination antipneumococcique ont été lancées dans 2 bases militaires américaines et les troupes ont été vaccinées avec un vaccin antipneumococcique contenant les souches 1, 2 et 3. Il a été constaté que la vaccination réduisait les taux de pneumonie causée par des souches vaccinales spécifiques, mais les vaccinés n'ont été étudiés que sur une période de 2 à 3 mois et l'efficacité à long terme du vaccin n'a jamais été déterminée.(7)

Les vaccins antipneumococciques ont également été administrés dans divers contextes pendant la pandémie de grippe de 1918, y compris dans des bases militaires, avec une efficacité mitigée. Les vaccins administrés au cours de cette période comprenaient également des souches d'autres bactéries, telles que B. influenza, Staphylococcus aureus ou des streptocoques hémolytiques.(9)

Les polysaccharides capsulaires du pneumocoque ont été découverts en 1916-1917, mais il a fallu attendre 1927 pour que les chercheurs découvrent que les polysaccharides pouvaient induire une réponse immunitaire. Le premier vaccin polyosidique contre le pneumocoque contenait la souche 1 et la souche 2. Le vaccin a été administré à environ 120.000 30 hommes de la Civilian Conservation Corp (CCC) dans les années XNUMX dans le cadre de plusieurs essais cliniques. L'efficacité du vaccin n'a été étudiée que pendant quelques mois et aucune étude à long terme n'a jamais été achevée.(10)

En 1937, un vaccin polysaccharidique contenant la souche pneumococcique (sérotype) 1 a été utilisé lors d'une épidémie de pneumonie dans un hôpital psychiatrique pour adultes. Cette étude a révélé que le vaccin réduisait considérablement les taux de pneumonie.(12)

Les essais cliniques militaires et civils sur les vaccins antipneumococciques polysaccharidiques ont donné des résultats favorables,(14) et en 1947, les premières licences pour le vaccin polysaccharidique contre le pneumocoque furent accordées à E. R. Squibb & Sons.(16) Le vaccin Squibb pour adultes contenait les sérotypes 1, 2, 3, 5, 7 et 8, tandis que le vaccin pédiatrique contenait les sérotypes 1, 4, 6, 14, 18 et 19.(17) L’utilisation de ces vaccins a été de courte durée, les médecins préférant utiliser des antibiotiques récemment découverts pour traiter la pneumonie. La production de vaccins polysaccharidiques contre le pneumocoque a pris fin en 1951 et 1954.

Eli Lilly & Co a remporté un contrat du NIH pour la recherche et le développement d'un vaccin polysaccharidique antipneumococcique efficace. En 1972, les tests du vaccin antipneumococcique d'Eli Lilly ont commencé en Afrique du Sud(20) ; toutefois, en 1975, Eli Lilly avait interrompu ses activités de recherche et de développement après avoir rencontré plusieurs problèmes avec le vaccin.(21)
Pendant ce temps, Merck Sharp et Dohme, s'appuyant sur les connaissances et l'expérience acquises lors de la recherche et du développement d'un vaccin polysaccharidique contre le méningocoque pour l'armée américaine à la fin des années 60, avaient déjà commencé le développement d'un vaccin polysaccharidique contre le pneumocoque en 1970. Merck a également choisi de terminer les études cliniques. des essais du vaccin antipneumococcique en Afrique du Sud et ont rapporté que ses vaccins en 6 et 12 étapes réduisaient les taux de pneumonie à pneumocoque de 76 et 92 pour cent, respectivement.(23)

En 1976, Merck a demandé une licence pour fabriquer et commercialiser un vaccin polysaccharidique capsulaire 14-valent, PNEUMOVAX, qui a été approuvé par la FDA le 21 novembre 1977.(24) En janvier 1978, le Comité consultatif sur les pratiques d'immunisation (ACIP) du CDC a recommandé que le nouveau vaccin antipneumococcique soit administré à tous les enfants et adultes de 2 ans et plus souffrant de problèmes de santé chroniques, notamment la drépanocytose, le dysfonctionnement splénique, le diabète sucré et le diabète chronique. maladies des reins, des poumons, du foie et des reins. Le vaccin a également été approuvé pour une utilisation lors d’une épidémie de pneumocoque impliquant une population fermée, comme une maison de retraite ou un établissement similaire.(25)

Lederle, une autre société de vaccins bien établie, avait également commencé la recherche et le développement d'un vaccin polysaccharidique contre le pneumocoque dans les années 70, et en août 1979, PNU-IMUNE, son vaccin antipneumococcique 14-valent, a reçu l'approbation de la FDA.(26)

Au début des années 80, les experts en pneumocoque ont reconnu la nécessité d’augmenter le nombre de souches de pneumocoque contenues dans le vaccin polysaccharidique afin d’améliorer la couverture à l’échelle mondiale. L'Organisation mondiale de la santé (OMS), en collaboration avec les gouvernements de plusieurs pays, a indiqué qu'un vaccin antipneumococcique 23-valent offrirait une meilleure protection contre les maladies pneumococciques dans le monde. En 1983, Merck et Lederle ont introduit les vaccins antipneumococciques polysaccharidiques (PPV23) contenant 23 souches de pneumocoques qui seraient responsables d'environ 87 % de tous les cas de pneumonie bactérienne aux États-Unis. Les vaccins PPV23 ont été reformulés pour contenir 25 mcg de chaque antigène spécifique, une diminution par rapport aux 50 mcg par antigène trouvés dans le vaccin 14-valent, dans le but de mieux équilibrer la sécurité et la réponse immunitaire.(27)
Le Comité consultatif sur les pratiques d'immunisation (ACIP) du CDC a voté en 1984 pour recommander que tous les adultes de 65 ans et plus reçoivent une dose du vaccin PPV23. Cette recommandation a été formulée malgré le fait que deux études distinctes avaient révélé que le vaccin était inefficace pour réduire les infections pneumococciques et les décès.(28) L'ACIP a également continué de recommander que tous les adultes et enfants âgés de 2 ans et plus souffrant de maladies chroniques ou d'immunosuppression reçoivent une dose du vaccin.(29)

En 1997, les recommandations pour le PPV23 ont été mises à jour pour inclure des populations particulières telles que les personnes vivant dans des maisons de retraite et d'autres établissements de soins de longue durée et pour une utilisation chez les autochtones de l'Alaska et certaines populations amérindiennes.(30)

Étant donné que les vaccins antipneumococciques polysaccharidiques se sont révélés inefficaces chez les enfants de moins de 2 ans, le développement de vaccins s'est poursuivi.(31) Les décès liés au pneumocoque étaient peu fréquents chez les enfants, sauf en cas d'immunosuppression, de méningite ou de bactériémie grave suite à l'ablation de la rate, mais les enfants de 2 ans et moins et les adultes de 65 ans et plus à XNUMX ans sont toujours pris en compte par les autorités sanitaires. être plus à risque d’infections pneumococciques.(32)

Le développement d'une méthode permettant de lier un polysaccharide à une protéine porteuse afin d'améliorer la réponse immunitaire a commencé en 1980 et, en 1987, le vaccin conjugué Hib a été le premier vaccin utilisant la technologie de conjugaison polysaccharide-protéine à recevoir l'approbation de la FDA.(33)

Wyeth Lederle a été le premier fabricant de vaccins à développer un vaccin conjugué contre le pneumocoque. Lors d'essais cliniques préalables à l'homologation, Prevnar 7 (PCV7) a été testé par rapport à un vaccin expérimental contre la méningite C,(34) ce qui a sérieusement compromis la validité scientifique de l'expérience. Le vaccin a néanmoins reçu l’approbation de la FDA en février 2000.(35)

Le vaccin conjugué antipneumococcique 7-valent contenait Streptococcus pneumoniae sérotypes 4, 6B, 9V, 14, 18C, 19F et 23F conjugués individuellement à la protéine diphtérique CRM197 et a été approuvé pour une utilisation chez les nourrissons et les enfants à 2, 4, 6 et 12 ans. 15 mois pour la prévention des maladies invasives causées par Streptococcus pneumoniae par les souches présentes dans le vaccin.(36)

Le 21 juin 2000, le Comité consultatif sur les pratiques d'immunisation (ACIP) du CDC a voté en faveur de la recommandation de l'utilisation du vaccin PCV7 chez tous les enfants âgés de 23 mois et moins, ainsi que chez les enfants âgés de 24 à 59 mois considérés comme présentant un risque élevé de maladie grave. infection à pneumocoque.(37) La promotion très réussie de Wyeth Lederle, du CDC et de l'American Academy of Pediatrics (AAP) a fait de Prevnar (PCV7) le nouveau médicament le plus vendu en 2000, avec un chiffre d'affaires de 461 millions de dollars.(38)

En octobre 2002, la FDA a approuvé le PCV7 pour la prévention des infections de l’oreille moyenne (otite moyenne), malgré des essais cliniques révélant que le vaccin n’était efficace qu’à 7 % contre tous les types d’otite moyenne aiguë.(39)

Suite à l'introduction du PCV7 à l'échelle mondiale, les scientifiques ont commencé à signaler que, même si le vaccin semblait efficace pour réduire le transport nasopharyngé des souches de S. pneumoniae présentes dans le vaccin, cette réduction avait conduit à une augmentation significative des souches non vaccinales,(41) en particulier la souche 19A, un sérotype hautement virulent et résistant aux antibiotiques.(42) En Espagne, on a constaté une augmentation des maladies pneumococciques invasives suite à l’introduction du PCV7, avec l’apparition de plusieurs souches non vaccinales.(44-45-46)

Les fabricants de vaccins ont réagi à l’émergence de souches de S. pneumoniae plus résistantes aux antibiotiques en introduisant de nouveaux vaccins antipneumococciques contenant des souches supplémentaires. En mars 2009, Synflorix (PCV10), un vaccin conjugué antipneumococcique 10-valent, contenant trois souches supplémentaires non présentes dans le PCV7 (1, 5 et 7F), a reçu l'approbation pour une utilisation en Europe.(47) Un an plus tard, en février 2010, Wyeth Pharmaceuticals a reçu l'approbation pour Prevnar 13 (PCV13), un vaccin conjugué antipneumococcique 13-valent, qui a ajouté 6 souches supplémentaires (1, 3, 5, 6A, 7F et 19A) au Prevnar original. vaccin (PCV).(48)

Des recommandations pour l'utilisation du PCV13 ont été rapidement émises par le Comité consultatif sur les pratiques d'immunisation (ACIP) du CDC, qui recommandait essentiellement d'utiliser le PCV13 à la place du PCV7. Avant l'approbation de la FDA, l'innocuité du PCV13 a été étudiée chez moins de 4.800 7 nourrissons et enfants en bonne santé, et le vaccin a été comparé à des nourrissons et des enfants recevant le PCVXNUMX, seul ou en association avec d'autres vaccins.(49)

L'ACIP a également recommandé le PCV13 aux enfants et adolescents non vaccinés âgés de 6 à 18 ans, considérés comme présentant un risque élevé de maladie pneumococcique en raison de maladies immunosuppressives, notamment la drépanocytose, l'asplénie, le VIH, la présence d'un implant cochléaire ou d'une fuite de liquide céphalo-rachidien.(50) Au moment de cette recommandation en décembre 2010, la FDA n'avait pas approuvé l'utilisation du vaccin chez les enfants de plus de 59 mois et n'avait pas étendu l'utilisation du vaccin PCV13 aux enfants et adolescents âgés de 6 à 17 ans jusqu'en janvier 2013.(52)

En décembre 2011, la FDA a approuvé l'utilisation élargie du PCV13 dans le cadre d'un processus « d'approbation accélérée » pour inclure les adultes âgés de 50 ans et plus.(53) Le processus « d'approbation accélérée » permet aux produits destinés à traiter une maladie grave ou à répondre à un besoin non satisfait de recevoir une approbation plus rapide de la FDA sur la base de tests en laboratoire ou d'autres mesures censées prédire un bénéfice clinique.(54) Dans ce cas, une comparaison a été faite entre les réponses en anticorps de sujets ayant reçu le PCV13 ou le vaccin polysaccharidique 23-valent de Merck (PPSV23). Le PCV 13 s'est avéré avoir une réponse en anticorps similaire ou supérieure à celle du PPSV23, et la FDA a autorisé ce résultat de laboratoire à répondre à l'exigence d'une approbation accélérée, même si elle savait que le niveau d'anticorps induits par le vaccin était nécessaire pour protéger un individu contre une souche particulière. L’infection pneumococcique est inconnue.(55)

Bien que l'ACIP ait refusé de recommander systématiquement le PCV13 aux adultes de plus de 50 ans après l'approbation de la FDA pour étendre son utilisation,(57) le comité a voté en faveur de la recommandation de l'utilisation du vaccin chez les adultes immunodéprimés de 19 ans et plus en juin 2012.(58) Cependant, la FDA n’a approuvé l’utilisation du PCV13 chez les adultes âgés de 19 à 49 ans que le 11 juillet 2016.(59)

En 2014, l'ACIP a mis à jour ses recommandations pour l'utilisation du PCV13, recommandant que le vaccin soit administré à toutes les personnes âgées de 65 ans et plus en plus du vaccin PPSV23 précédemment recommandé ;(60) cependant, en octobre 2018, l'ACIP a signalé que cette recommandation ne réduisait pas les taux de pneumonie chez les personnes de 65 ans et plus.(61)

Depuis l’introduction du PCV13, des souches pneumococciques non couvertes par le vaccin ont continué à apparaître. Des chercheurs américains ont noté que même si les maladies pneumococciques invasives ont diminué depuis l'introduction des vaccins antipneumococciques conjugués, des souches de S. pneumoniae se sont adaptées et des souches non vaccinales résistantes aux antibiotiques sont apparues.(62) Ces souches non vaccinales comprennent les souches 33F, 22F, 12, 15B, 15C et 23A.(64)

La Corée aussi,(65) Taïwan,(66) et plusieurs pays d'Europe occidentale,(67) ont signalé une augmentation des souches pneumococciques non couvertes par le PCV13, et les scientifiques continuent de recommander la surveillance des souches pneumococciques et la poursuite du développement de vaccins en réponse à l'émergence continue de souches non vaccinales.(68-69-70-71-72)

Cet article est résumé et traduit par National Vaccine Information Center.

NOTE IMPORTANTE: Corvelva vous invite à vous informer en profondeur en lisant toutes les rubriques et liens, ainsi que les notices produits et fiches techniques des fabricants, et à vous entretenir avec un ou plusieurs professionnels de confiance avant de décider de vous faire vacciner ou de vacciner votre enfant. Ces informations sont fournies à titre informatif uniquement et ne constituent pas un avis médical.

Nous vous recommandons également de lire...

Corvelva

Publiez le module Menu en position "offcanvas". Ici, vous pouvez également publier d'autres modules.
Pour en savoir plus.