Le massacre de Gruaro

Le massacre de Gruaro

Cet article contient également la version podcast de l'entretien avec Angelina, une dame née en 1925, qui a survécu au massacre de Gruaro. Nous vous recommandons d'écouter son interview après avoir lu l'éditorial.

Télécharger l'éditorial en PDF

 Corvelva documente le massacre de GruaroL'histoire tragique que nous racontons a été exhumée de l'oubli de l'histoire grâce à Adamo Gasparotto, né à Pradipozzo di Portogruaro en 1928 et élevé à Gruaro. Gasparotto est un survivant de la «Massacre des enfants de Gruaro» et a réussi à remuer les consciences à travers des articles de journaux et finalement aussi l'administration municipale de la ville pour qu'elle se souvienne des victimes de la campagne de vaccination contre la diphtérie réalisée en 1933. Un livre commandé par la municipalité de Gruaro sur l'affaire, ainsi que les deux les plaques commémoratives sur les chapelles des cimetières où reposent les « i fioi de la pontura » sont le fruit de sa détermination et de son désir de vérité. Notre éditorial lui est dédié, comme à tous les enfants victimes de cette folie.

Adam GasparottoAdamo Gasparotto, 1928-2021

Nous sommes dans les années 30 et Gruaro est une petite ville de la province vénitienne où travaille le médecin Bettino Betti, originaire d'Occhiobello à Rovigotto. Au moment des événements relatés, le Dr Betti est un médecin de village classique, il travaille à Gruaro depuis 9 ans et est respecté par tout le pays. En décembre 1932, le Podestà fit remettre au bureau du Dr Betti une circulaire du Préfet avec un ordre précis : procéder à la vaccination anti-diphtérie des enfants de la ville.. Au début, le médecin, se sentant peut-être privé de son rôle, s'y opposa également de manière assez décisive et répondit à l'ordre du Podestat par une lettre pour justifier son opposition à la vaccination des enfants, ses clients : « J'ai l'honneur de vous informer que je ne pensais pas qu'il était approprié dans le passé et que je ne considérerais pas non plus, si rien d'autre ne se passe, qu'il serait approprié encore aujourd'hui de pratiquer la vaccination contre la diphtérie chez les enfants, car au cours des trois dernières années seuls deux cas de croup ont été signalés à la Préfecture Royale de Venise (toux aboyante, symptôme de la diphtérie, ndlr) et que même actuellement, l'état général de la population face à cette maladie est plus que satisfaisant" (Gruaro 24/12/1932).

La dernière vaccination de masse réalisée dans le pays remonte à 1918 et fut celle contre la variole, rendue obligatoire en 1888. Pour la diphtérie, la pratique vaccinale était encore relativement récente et pendant quelques années le vaccin du biologiste français Léon Gaston Ramon, datant de 1923/ 1925, qui comprenait un cycle de 3 inoculations.

Gaston Léon RamonGaston Léon Ramon, biologiste et vétérinaire de l'Institut Pasteur,
père de l'anatoxine diphtérique

Rappelons que la diphtérie est une maladie contagieuse causée par la bactérie Cornybacterium diphteriae, qui affectait principalement la gorge et les voies respiratoires supérieures et était liée à diverses complications, même très graves, surtout dans une société rurale dotée de véritables services de santé de base. Bien que conscient des dangers de la maladie, le Dr Betti reste néanmoins pragmatique : il n'y a pratiquement aucun cas de diphtérie dans la région vénitienne et les spécialistes de l'époque étaient assez partagés sur l'opportunité d'étendre ou non ces vaccinations en dehors des foyers épidémiques.

Le médecin qui injectera le poison mortel du massacre de Gruaro ne fait pas partie des premiers adeptes fanatiques de la massification naissante de la pratique vaccinale. C'est un médecin de campagne, pragmatique, et il fait même preuve au début d'une certaine détermination à l'égard des ordres supérieurs qu'il juge imprudents. Une détermination qui, comme nous le verrons bientôt, ne durera pas longtemps. Les rumeurs villageoises sur l'opposition du docteur Betti à la vaccination remontent probablement à cet intermède, entre la réponse du médecin et la vaccination ultérieure. La contrariété a disparu comme par magie en l’espace de quelques semaines.

Le préfet Bianchetti (le véritable directeur de ces événements), au début de janvier 1933, malgré les plaintes de Betti, donna des instructions au podestat pour qu'il se conforme à l'ordonnance et, en outre, imposa que la vaccination soit effectuée avec le vaccin fourni par le Gouvernement National. Institut de Sérothérapie de Naples, dirigé par le Professeur Terni.

Cet aspect des dispositions préfectorales n'est pas secondaire pour l'interprétation des événements qui vont se dérouler peu après. Le vaccin « Terni » a été obtenu avec une méthode de culture différente du « Ramon » pour la production de toxines à haute valeur antigénique et impliquait une seule injection au lieu des 3 canoniques associées à 2 contrôles Schick assez douloureux. La dose que l'Institut Terni proposait généralement dans ces années-là était triple par rapport aux injections uniques de Ramon ; cependant, dans certaines expériences, il a fourni des doses décuplées.
Le Préfet indique le vaccin "expérimental" du Prof pour Gruaro. Terni produisait à Naples, tandis que les autres communes voisines, comme Cordovado ou Portogruaro même, continuaient à s'approvisionner auprès de l'Institut de Milan ou de l'Institut toscan de vaccination, qui utilisaient le vaccin Ramon.
Le jour fixé par le Préfet pour le début de la campagne de vaccination était le 20 mars 1933.. À partir de ce moment, tous les enfants de 13 mois à 8 ans de la commune de Gruaro devront être vaccinés contre la diphtérie.
A ce stade, le médecin du commandement Betti doit choisir : se heurter au maire et au préfet pour une vaccination qui n'est pas exigée par la loi, ou se conformer aux ordres d'en haut. Il choisit de se conformer. Le Docteur, contre la vaccination "habituelle", doit désormais devenir le porte-drapeau de cette "nouvelle", sur laquelle il ne dispose d'aucune information fiable de la littérature scientifique sur le sujet, comme il l'expliquera au Docteur Provincial. Par ailleurs, il doit avant tout convaincre ses clients d'emmener leurs enfants « se faire injecter ».
Il ne doit pas être facile dans le village d'être publiquement le porte-drapeau de Terni, alors qu'en privé même Ramon est mis en doute. Et ainsi le nôtre va vite, comme s’en souviennent les anciens enfants survivants de ses vaccinations.
« Le Dr Betti a exercé une très forte pression sur les familles pour les convaincre de se faire vacciner, en utilisant parfois l'arme du chantage : ceux qui n'emmènent pas leurs enfants se faire vacciner pourraient être exclus de l'assistance médicale » (Témoignage de Maria Danielon à Modenese, née en 1926). Comme vous pouvez le constater, la vaccination et le chantage ont une longue histoire dans le domaine « médical ».
Cinq jours avant le début des opérations, le 15 mars 1933, le Dr Betti écrit une lettre au médecin provincial de Venise dans laquelle transparaît, presque en filigrane, la conscience de participer activement à une expérience : « J'ai l'honneur d'informer vous qu'à la date du 20 mars commencera la vaccination avec l'anatoxine diphtérique du prof. Terni à dose unique pour usage hypodermique. Une fois l'opération réalisée, le soussigné veillera à fournir à cet Office Supérieur toutes les informations le concernant. Salutations fascistes au Dr. Betty."
Même le curé Don Cuminotto scelle l'alliance entre trône et autel en invitant les familles depuis la chaire de la messe à se faire vacciner contre la diphtérie. Le prêtre parcourt assidûment tout le pays, se rendant auprès des familles les plus récalcitrantes pour les convaincre de l'absolue nécessité de l'injection. Cet acte de collaboration lui coûtera le ressentiment de nombreux concitoyens (ainsi que des menaces pas si voilées une fois le drame passé). Qui sait s'il a lui aussi qualifié le vaccin de Terni d'« acte d'amour », avant qu'il ne provoque des déficiences et la mort des âmes dont il était le gardien.
Le Dr Betti avait sa clinique à Gruaro dans un grand bâtiment qui abritait également la Mairie dans une aile et les salles de classe dans l'autre. Pour les enfants de Gruaro et Bagnara (un hameau de la commune), la vaccination s'effectue depuis la clinique jusqu'à la salle de classe sans même avoir à quitter le bâtiment. Le programme de vaccination est très dense : Le lundi 20 mars, 47 enfants ont été vaccinés, mardi 92, mercredi 48, jeudi aucun, pause, vendredi 10, samedi 33, dimanche tous à la messe et une autre pause, le lundi 28 suivant et mardi 28 mars le dernier 3. 254 enfants vaccinés en 9 jours (les trois filles du secrétaire municipal qui ne se sont pas présentées à l'école manquaient à l'appel).

Mais dès les premiers jours, quelque chose ne s’est pas bien passé. De retour à la maison après l'injection, ou le lendemain, certains enfants ne peuvent plus se tenir debout et suffoquent en mangeant comme le montrent les témoignages de Vittorina Colautti, née en 1928, et d'Adamo Gasparotto : « Les parents commencent à demander des explications au médecin qui , cependant, soutient que ce qui nous arrive n'est pas causé par le vaccin et continue en fait de le faire à tous les enfants programmés.
Giuseppe Colautti (Beppino) fait partie des 47 enfants vaccinés le premier jour, il commence immédiatement à se sentir mal, il ne marche plus bien (il finira par mourir le 28 avril). Le Dr Bettino Betti continue cependant de faire taire tous les parents venus demander des explications : "aucune corrélation", a été la réponse de tous.

Au fur et à mesure que le programme de vaccination progresse, certains des enfants les plus âgés s'échappent par la fenêtre lorsque le docteur Betti arrive en classe, tandis que d'autres ne se présentent pas du tout. De plus en plus de voix parlent de familles dont les enfants sont tombés malades après le coup de feu. La contre-attaque de Betti consiste à verrouiller les portes et les fenêtres des salles de classe dès qu'il entre pour se faire vacciner.
Face à ces faits, quelque chose commence à changer dans l’attitude du médecin. Il n'y a plus que des doutes sur l'utilité de la vaccination, il a sous les yeux les premiers indices de l'innocuité absolue des doses injectées, mais il procède quand même et son adhésion aux volontés du Préfet du Régime est désormais totale. .

Le même soir du 28 mars, après en avoir fini avec les enfants de Gruaro et Bagnara, il envoya comme promis son rapport au médecin provincial et le fit avant même de se rendre au hameau de Giai, hameau plus éloigné de Bagnara et pour lequel il Il a fallu organiser le déplacement de la clinique sur place. Tandis que devant ses patients il fait preuve d'une détermination absolue, niant les corrélations avec les nombreuses maladies chez les enfants, avec ses supérieurs il devient plus dubitatif, inquiet et incertain. Dans le rapport du médecin Betti, en plus de féliciter le succès de l'opération car "La Disposition, d'abord illustrée dans l'église par les différents curés de la Commune, a rencontré une grande approbation du public", rapporte avoir constaté des dommages vaccinaux tels que : « érythème, éruptions cutanées, urticaire, œdème, fièvre, troubles digestifs persistants très gênants et parfois franchement inquiétants ». Le médecin était inquiet mais pas assez pour expliquer clairement tous les problèmes constatés. Les « troubles digestifs très tenaces » étaient en réalité les difficultés de déglutition décrites dans presque tous les témoignages des survivants et les vomissements du nez. Par ailleurs, il ne fait aucune mention du symptôme le plus inquiétant dont il a immédiatement eu connaissance : des difficultés à marcher ou une incapacité à se tenir debout. En bref, cela supprime du rapport tous les événements neurologiques indésirables.

Il prescrit du chlorure de calcium, considéré comme l'antianaphylactique par excellence, et des compresses d'ichtyol à toutes les personnes concernées, mais ne mentionne pas que vers la fin il commence à injecter une demi-dose. En effet, Pietro Bigattin, né en 1930, raconte que le vendredi 25 : « Comme les enfants préalablement vaccinés sont malades, quand vient mon tour, le docteur Betti ne m'injecte qu'une demi-dose de vaccin. La conséquence, cependant, est une très forte fièvre, qui me fait sauter sur le lit comme un ressort. ».
Quelques semaines plus tard, le préfet a suspendu la vaccination et le 9 avril, le médecin provincial a même procédé à une inspection visant à vérifier personnellement l'état des enfants malades après l'injection.. On ne sait pas ce qu'il a trouvé lors de cette visite puisque le Régime a fait disparaître une grande partie de la documentation sur cet épisode tant des archives municipales que ministérielles, à l'exception de deux télégrammes de Betti envoyés au Médecin provincial qui tendaient à rassurer, là encore, sur la « bonne santé » des 253 enfants vaccinés et que « les phénomènes réactifs, bien que parfois impressionnants, se sont résolus avec bonheur ».

À partir de maintenant, c'est un bulletin de guerre : l'état des enfants commence à empirer en même temps, révélant un arc-en-ciel d'inconfort sous toutes les formes les plus graves : cécité, forte fièvre, incapacité à avaler, douleurs dans les jambes, paralysie à divers endroits. niveaux, furoncles sur tout le corps. C'est seulement à ce moment-là que le Dr Betti commence à envoyer des télégrammes en succession rapide demandant des "contre-ponctions" (des anticorps capables de bloquer le virus vivant de la vaccination), qui n'arrivent pas en quantité suffisante et ne sont en aucun cas en mesure d'arrêter les processus dégénératifs en cours. . Les 254 enfants vaccinés sont hospitalisés : les plus gravement malades à l'hôpital de Padoue et de Portogruaro et les autres au dispensaire municipal. Du 24 avril au 16 mai, il y a eu 28 décès, 13 hommes et 15 femmes. Il semble que dans de nombreux cas, les plus jeunes soient décédés. Trois familles qui vont malheureusement perdre leurs deux enfants. Certains resteront marqués à vie, d’autres survivants se souviendront de la récurrence des problèmes même plusieurs années plus tard.

Crédit vénitienUn autre service d'urgence est installé devant l'hôtel Difesatto à Portogruaro (ancien siège du Credito Veneto)

Une bonne partie des témoins s'accordent à rappeler la haine dans la ville envers le docteur Bettino Betti. Certaines familles l'ont menacé de mort et on se souvient d'un cortège de femmes vers la commune/école/clinique avec des bâtons dans leurs sacs. Le préfet lui confie même une escorte de carabiniers pour le sauver des concitoyens du village.
Le docteur Betti sera contraint de déménager, de s'installer à Portogruaro et de quitter définitivement la conduite de Gruaro en 1937.. Son opposition initiale à la vaccination – qu’il invoquera toujours comme excuse de sa « bonne foi » – ne le sauvera pas du blâme éternel de ses concitoyens du village. L'un d'eux résumera ainsi ce chiffre : « Beaucoup de gens disent du docteur Betti qu'il est un garçon paresseux, mais il se défend en affirmant qu'il a été forcé et répète sans cesse que je ne voulais pas le faire... Je je ne voulais pas le faire ! La voix populaire dominante prétend que les autorités voulaient faire une expérience et qu'il n'était pas assez déterminé pour résister » (Gina Zanon, née en 1919).

Le véritable directeur de ce massacre et responsable politique de la tragédie, le préfet Giovan Battista Bianchetti, quitta la lagune en septembre 1933 après avoir été promu chef de cabinet de la Présidence du Conseil des Ministres. Le Régime impute l'incident à un lot de vaccin mal préparé, ferme l'Institut sérologique de Naples et arrête le professeur. Terni et son assistant Testa. Le professeur ne subira aucune épreuve et mourra d'une simple chute dans les escaliers d'ici quelques mois, vraisemblablement gratuitement.

L'agence Stefani, l'agence de presse du régime, a parlé de seulement 10 morts et a ensuite fait taire tous les journaux qui tentaient de rapporter l'épisode de Gruaro, suivi et dépassé dans cette dissimulation par la presse catholique, qui ne laisse filtrer que quelques lignes. sans jamais mentionner aucun mort.

Le mémorial aux enfants victimes de la vaccination expérimentale de 1933, cimetière de Bagnara.

plaque aux enfants de BaggaraPlaque à la mémoire des enfants de Bragnara, au cimetière municipal.

Don Cuminotto et le Docteur Betti reçurent même le titre de Chevalier de l'Ordre de la Couronne par Vittorio Emanuele III.
Le débat historiographique sur le massacre de Gruaro s'est principalement concentré sur la question de savoir si le vaccin du professeur Terni, envoyé par l'Institut national de sérothérapie de Naples, avait été mal préparé en raison d'une erreur tragique (version accréditée par le régime fasciste de l'époque) ou résultat d’une expérimentation consciente de la part des autorités. Il a ensuite été constaté dans les dossiers du docteur Betti que les vaccins de Gruaro étaient mortels avec un pourcentage qui oscillait entre 12,7 et 20 % (selon les jours).

En évitant les hypothèses de différents lots arrivant à Gruaro, l'hypothèse que l'on peut faire est que la mortalité dépendait de la quantité de dose injectée par le médecin. Arrivé au cinquième jour de vaccination, face à la myriade de rapports d'effets indésirables reçus par le médecin les jours précédents, un enfant n'a reçu qu'une demi-dose de vaccin, ce qui l'a de toute façon amené à se sentir malade, mais pas au point de mourir. Il est fort probable que la conscience de l'ampleur du dommage qu'il causait aux enfants a conduit le docteur Betti à réduire la dose non seulement à Pietro, cet enfant qui gardait la mémoire et racontait ce qui s'était passé, mais aussi à tous les autres. Cela expliquerait la mortalité nulle après le vendredi 24.

Le Régime voulait un vaccin « italien » à injection unique et l'a testé sur des enfants sans méfiance de la province de Vénétie comme Gruaro, mais probablement aussi d'ailleurs : des enfants de Cavarzere se sont également retrouvés à l'hôpital de Padoue en raison des effets des anti-diphtérie. Dans son édition du 3 mai 1933, le journal "Roma", imprimé à Naples, rapporte la nouvelle de la fermeture de l'Institut National de Siérothérapie de Terni et de la tragédie de Gruaro, ainsi que d'autres "troubles" du même genre mais plus mineurs, survenus chez des enfants vaccinés dans certaines communes des régions de Milan, Varèse, Génoise et Trévise.

Se plier aux atrocités du pouvoir est généralement confortable. Cela conduit parfois à des massacres. Résister est compliqué et implique toujours un prix à payer comme nous l'enseigne le cas du docteur Sergio Borellini qui en 1933, en tant que médecin généraliste de Portogruaro, se précipita pour aider ses collègues de Gruaro puis à l'hôpital pour soigner les enfants atteints.
Il sera une voix dissonante dans ce massacre, qui lui a coûté cher puisqu'il a été accusé d'avoir exprimé publiquement son opposition à la vaccination, discréditant ainsi le docteur Betti et les autorités. Quelques mois après ces événements, il fit l'objet d'une procédure disciplinaire à l'instigation du podestat et du préfet, la soi-disant censure.

Beaucoup se souviennent que le Dr Borellini a motivé son opposition à cette vaccination en testant le sérum sur un lapin, décédé immédiatement après l'injection. Son opposition à cette vaccination et à d'autres lui garantissait la gratitude de ses concitoyens et constituait un exemple d'amour pour sa profession. Le contraste, dans la mémoire du pays, entre les deux médecins, était encore très vif après de nombreuses années. Borellini conclura sa vie professionnelle avec la médaille d'or pour service honorable décernée par la municipalité en 1975 dans sa conduite de Portogruaro. Sa fille Mirella se souvient que son père parlait souvent de son attitude critique à l'égard des vaccinations imposées par les autorités : "Quand il n'était pas convaincu, il faisait semblant d'inoculer le vaccin parce qu'il ne mettait que de l'eau dans la seringue".

À Gruaro, la population ne sera plus vaccinée pendant très longtemps, même après 1939, lorsque la loi contre la diphtérie est devenue obligatoire, mais les événements survenus cette année-là, comme nous l'ont raconté certains survivants, étaient une sorte de damnation. souvenirs. On n'était pas censé en parler dans la famille, dans les pays où il était tabou de se souvenir et en peu de temps les véritables et uniques détenteurs de cette mémoire, les enfants, ont enfoui cette tragédie dans leurs mémoires, la faisant ressurgir. comme un coup de tonnerre 70 ans plus tard.

Cette attitude, racontée également par Angelina, une dame née en 1925 dont vous trouverez l'interview sur notre site, nous ramène à aujourd'hui et à ce que vivent les parents d'enfants vaccinés : affronter et vivre avec une sorte de sentiment de culpabilité. C'est quelque chose de connu en psychologie, le sentiment de culpabilité des victimes d'injustices ou d'atrocités de divers types. Soyons clairs pour tout le monde, ce n'est pas la faute des parents, mais le dire ne suffit pas. Ce mécanisme constitue un obstacle majeur qui a un effet dissuasif, même aujourd'hui, lorsqu'il s'agit de traiter les dommages causés par les vaccins ou d'enquêter sur ceux-ci comme cause possible de divers types de handicaps ou de problèmes de santé chez l'enfant. Maintenant, pour revenir à 1933, il faut imaginer la société rurale de l'époque, faite de cette simplicité paysanne qui caractérisait la province vénitienne. De nombreux enfants ont commencé à entendre ces terribles histoires et à fuir l’école. Des enfants âgés de 6 à 8 ans, qui s'enfuyaient ensemble dans les champs, se cachant dans les porcheries pour éviter d'être mordus. Le tout rapidement récupéré par les parents qui n’avaient pas encore pleinement compris l’ampleur du problème. Cela pourrait être la véritable raison pour laquelle, outre la censure du régime, le massacre de Gruaro est resté enterré pendant des décennies. La terrible vérité est que de nombreux enfants morts avaient été « repêchés » des camps par leurs parents et amenés au Dr Betti. Cette vérité qui dérange doit être considérée comme un élément expliquant le long silence sur cet événement et certainement pas pour rejeter la faute sur les parents pauvres. Il est évident que les familles des victimes n'avaient aucune culpabilité et, évidemment, aucune information adéquate : elles ont été trompées et trompées, utilisées pour une expérience, oubliées et abandonnées par les mêmes institutions qui réclamaient leur confiance.

Malheureusement, l'histoire se répète et l'importance de se souvenir et d'en témoigner est aussi et surtout de ne pas les laisser tomber dans l'oubli : l'expérience réalisée sur la peau de victimes innocentes n'est donc pas nouvelle, le discours de vente avec des mensonges n'est pas nouveau. des masses populaires, ni l'indifférence des institutions locales et étatiques face aux conséquences de tels méfaits. Malheureusement, ce n’est pas nouveau, pas même la douleur causée avec superficialité et indifférence par le Pouvoir arrogant qui traite la population comme un troupeau à gérer à sa guise, utilisant autant la conviction que l’arrogance, le chantage, l’obligation, la coercition.


Quelques jeunes victimes

Mario Zanin, né le 24/5/1931, décédé le 30/4/1933

Plinio Paschetto, né le 11/8/1931, décédé le 26/4/1933

Plinio Peresson, né le 12/05/1931, décédé le 24/4/1933

Bruno Paschetto, né le 20/2/1928, décédé le 6/5/1933

Battista Dreon, né le 25/06/1930, décédé le 8/5/1933

Sira Toneatti, née le 14/2/1931, décédée le 1/5/1933

Maria Orlando, née le 10/5/1930, décédée le 9/5/1933

Caterina Zambon, née le 12/11/1930, décédée le 15/5/1933

Florida Toneatti, né le 11/7/1927, décédé le 8/5/1933

Maria Marson, née le 19/4/1931, décédée le 1/5/1933

Luigi Bonan, né le 26/6/1927, décédé le 3/5/1933

Bruno PaschettoIole Toffoli, né le 4/12/1930, décédé le 09/5/1933

Sira ToneattiGiovanni Bovo, né le 12/1/1932, décédé le 28/4/1933

Sira ToneattiLuciano Stefanuto, né le 8/1/1932, décédé le 28/4/1933

 
 

Liste complète des enfants morts

  Nom et prénom Date de naissance Date de mort
1 Barbui Erminio 23/12/1929 13/05/1933
2 Basse Maria 22/02/1932 28/04/1933
3 Biason Placida 19/03/1931 04/05/1933
4 Bonan Luigi 26/06/1927 03/05/1933
5 Bortolussi Mirella 13/06/1926 16/05/1933
6 Bravo Jean 12/01/1932 28/04/1933
7 Colautti Giuseppe 28/12/1929 28/04/1933
8 Falcomer Evelina 23/08/1931 25/04/1933
9 Celsus innocent 21/10/1931 02/05/1933
10 Moro Antonietta 17/01/1929 06/05/1933
11 Nosella Iole 17/09/1931 04/05/1933
12 Peresson Pline 12/05/1931 24/04/1933
13 Stefanuto Luciano 08/01/1932 28/04/1933
14 Stefanuto Imelde 19/05/1929 11/05/1933
15 Toffoli Iolé 04/12/1930 09/05/1933
16 Toneatti Floride 11/07/1927 08/05/1933
17 Toneatti Sira 14/02/1931 01/05/1933
18 Zambon Caterina Anna 12/11/1930 15/05/1933
19 Zanon Célia 23/03/1927 16/05/1933
20 Biasio Renato 30/04/1931 26/04/1933
21 Dreon G. Battista 25/06/1930 08/05/1933
22  Marson Marie 19/04/1931 01/05/1933
23  Orlando Marie 10/03/1930 09/05/1933
24  Bruno Paschetto 20/02/1928 06/05/1933
25  Paschetto Plinio 11/08/1931 26/04/1933
26 Romanin Edda 27/06/1931 27/04/1933
27 Romanin Santé 31/05/1930 08/05/1933
28 Zanin Mario (deuxième) 24/03/1931 30/04/1933

 


Corvelva

Publiez le module Menu en position "offcanvas". Ici, vous pouvez également publier d'autres modules.
Pour en savoir plus.

0
Partagez